Innovation

Une révolution technologique importante

 

 

75% Complete

52Mètres de hauteur.

75% Complete

37Axes moteurs.

75% Complete

567.895.475Variations possibles.

Père de l'Art Cybernétique (1912-1992)

Nicolas Schöffer

D’abord peintre, puis sculpteur, urbaniste, architecte, théoricien de l’art, Nicolas Schöffer a été un des artistes les plus importants de la seconde moitié du XXème siècle. Artiste non commercial, on le connaît moins que d’autres, car, consacré à la recherche fondamentale en art, il crée surtout à l’échelle de la ville, dans laquelle il veut redonner aux hommes de notre époque le plaisir de vivre à l’abri de toutes sortes de pollutions visuelles autant qu’auditives.

En savoir plus

L’oeuvre de Nicolas Schöffer

On ne peut rendre compte de l’œuvre de Nicolas Schöffer sans évoquer son incessante activité de “communication”. En effet, son inlassable recherche n’a pas été le fait d’un artiste solitaire en quête d’une réussite personnelle. Toute son œuvre tend à déboucher sur une proposition beaucoup plus vaste : rendre à l’homme d’aujourd’hui (que le progrès, après l’avoir libéré, risque maintenant d’asphyxier) un milieu qui assure son plein épanouissement. Loin de rejeter ce progrès, l’homme de demain saura le maîtriser et même le devancer par le truchement de l’art “qui doit être essentiellement prospectif et défricheur” pour l’adapter au mieux-être de tous.

En savoir plus
de la conception à la restauration (1961-2015)

La Tour cybernétique de Liège

Crédits photo : JP Ers – Urbanisme Ville de Liège.
La Tour cybernétique de Liège, œuvre de Nicolas Schöffer, conçue en 1961, est située aux abords immédiats du palais des Congrès de Liège.

La Tour cybernétique de Liège est la première de ses tours cybernétiques installées et reste la plus grande de ses réalisations. Il s’agit d’une sculpture abstraite de 52 mètres de haut qui se compose d’une ossature aérée en tubes d’acier.

Cette ossature, munie de pales, de formes et de dimensions variées, se muait jadis grâce à des moteurs actionnés par un cerveau électronique.

Outre la structure métallique, le fonctionnement d’ensemble du dispositif cybernétique repose sur trois organes : un système d’éclairage, un système de sonorisation et, régissant le tout, un cerveau électronique qui déclenche trois types d’action : mouvement, musique et éclairage de la tour.

L’Arrêté de classement du 29 décembre 1997 classe comme monument la Tour cybernétique et les composantes matérielles ayant permis la réalisation du programme aléatoire et le spectacle luminodynamique « Formes et Lumières ».

La Tour est inscrite sur la liste du Patrimoine immobilier exceptionnel de Wallonie depuis le 27 mai 2009.

Certaines parties du Palais des Congrès sont également classées, dont certaines sont en relation directe avec l’œuvre de Nicolas Schöffer : les façades et toitures,
le système d’aération et la cheminée d’aération,
le chauffage,
les mâts des drapeaux sur le parking,
l’ensemble des éléments techniques permettant le fonctionnement de la tour et l’animation de la façade du Palais des Congrès et situé à l’intérieur et aux abords du Palais :

  1. les projecteurs repris tout au long des mezzanines longeant la façade coté Meuse du Palais,
  2. les projecteurs intégrés dans le faux-plafond cintré de la salle principale du Palais des Congrès donnant coté Meuse,
  3. les stores intérieurs du Palais ayant une fonction d’écran,
  4. la salle des commandes situées au sous-sol du Palais des Congrès et abritant les machines initiales de l’œuvre,
  5. la salle des sons, intégrant les enregistreurs diffusant la musique accompagnant l’œuvre et située sous la passerelle jouxtant le Palais.
En savoir plus
Crédits photo : Konrad Jacobs, CC BY-SA 2.0 de.
Le père de la cybernétique

Norbert Wiener

Norbert Wiener (1894 – 1964) est un mathématicien américain, théoricien et chercheur en mathématiques appliquées, surtout connu comme le père fondateur de la cybernétique.

Il fut un pionnier dans l’étude de la stochastique et du bruit, contribuant ainsi par ses travaux à l’électrotechnique, les télécommunications et les systèmes de contrôle. En fondant la cybernétique, Wiener introduit en science la notion de feedback (rétroaction), notion qui a des implications dans les domaines de l’ingénierie, des contrôles de système, l’informatique, la biologie, la psychologie, la philosophie et l’organisation de la société.

En savoir plus

Crédits photo : Konrad Jacobs, CC BY-SA 2.0 de.